Un « Faux Triangle de Belgique » : Chimay-Manderfeld-Maaseik-Chimay

Participants : Alain, Muriel et Fred.

Les diagonales de Belgique sont une famille de brevets homologués par la Fédération Belge du Cyclotourisme (FBC / BBR). Elles sont nettement moins prestigieuses que leurs grandes sœurs françaises mais ne sont pour autant pas totalement dénuées d’intérêt. Traverser un pays de part en part représente toujours quelque chose de particulier et ce même si ce pays n’est pas géographiquement très étendu.

Afin d’éviter des problèmes de logistique élevés pour une seule journée de vélo et surtout en vue de préparer une diagonales de France à la fin juin, nous avons décidé de coupler 2 diagonales belges Chimay-Manderfeld et Maaseik-Chimay. La liaison Manderfeld-Maaseik n’étant pas une diagonale nous n’avons donc réalisé qu’un « faux » triangle belge (+/- 550 km).

Ce qui nous a le plus marqués ce WE c’est le relief : 5500 m concentrés sur à peine 400 km alors que nous n’avions pas recherché les difficultés lors de la confection du parcours ! Quoi qu’en pensent les participants au référendum des « Cent Cols » qui a décidé voici quelques années de bannir les cols belges de la liste des cols « acceptables » par la célèbre confrérie, l’Ardenne ne fait décidément pas partie du « Plat Pays ».

Notre route a traversé des régions aussi différentes que la Fagne (Couvin), la Famenne (Rochefort), le Condroz (Florennes), le bord de l’Eifel, les Hautes Fagnes (signal de Botrange), la Campine (environs de Tongres) et la Hesbaye (Waremme).

Pour cette randonnée, une première à mon niveau : l’utilisation d’un GPS pour nous guider (celui de mon papa, un Garmin 60 CSX). L’utilisation d’un tel appareil implique l’encodage préliminaire du parcours à l’aide d’un ordinateur et d’un logiciel approprié. Comme j’en étais à mon coup d’essai tout ne fut pas parfait mais ma conclusion est qu’un GPS peut s’avérer une aide précieuse pour des randonnées loin des grands axes routiers dans un pays où les indications routières se réduisent à leur plus simple expression (la Belgique en est malheureusement un triste exemple…)

Malgré la fatigue due à un parcours rendu difficile par le relief, de ce week-end nous ne garderons en mémoire que de belles images. Pour qui veut se donner la peine de bien préparer ses parcours, la Belgique comporte de belles régions où randonner tranquillement est toujours possible !

260 km : « En route vers la mer ! »

Cette journée de vélo s’inscrit dans la lignée d’une série de randonnées longues distances dont le but est de nous préparer pour une diagonale de France (Brest-Menton) que nous effectuerons à 4 (Muriel, Alain, Véro et moi) à la fin juin. Pour l’occasion, Martin et mon papa nous accompagnent.

Le parcours n’a rien de magnifique. Pour ne pas faire trop long et à cause d’un manque de temps lors de son élaboration, pour l’aller nous emprunterons les axes directs. En Flandre cela s’assimile souvent à rouler sur les pistes cyclables ce qui n’a rien de réjouissant car elles ne sont définitivement pas prévues pour nos bicyclettes légères aux fins pneus. Après un spaghetti sur la digue, nous rentrerons par des chemins plus tranquilles.

Pour la première fois cette année la chaleur est au rendez-vous. Nous ne nous en plaindrons pas même si les arrêts boissons furent plus nombreux !

Mons-Chimay-Mons

Organisateurs: Dragons Audax Mons

Au fil des ans, Mons-Chimay-Mons est devenu le rendez-vous incontournable des cyclotouristes hennuyers. Le taux de participation (chiffres annoncés de 1800 participants) soumis à une météo souvent capricieuse en cette période de l’année (2600 participants l’an dernier où contrairement à cette année il n’avait pas plu) est plus élevé que partout ailleurs dans le monde de la FBC-BBR

Comment expliquer ce succès ?

Comme déjà souligné, Mons-Chimay-Mons est LE rendez-vous incontournable. A force de patience et de persévérance, les organisateurs sont parvenus à l’imposer comme la «Primavera»,  la Classique du début de saison à ne surtout pas manquer. Mais encore une fois, comment expliquer cela ? D’autres randonnées pourraient tout autant revendiquer ce titre. Bien sûr, les routes sont belles et tout est en place pour que les cyclos ne manquent de rien (accueil soigné, ravitos convenables, fléchage impeccable…)  mais au niveau organisation au sens strict du terme cela n’a pourtant rien à voir avec les grosses manifestations professionnalisées à la «Tilff-Bastogne-Tilff», «Ronde van Vlaanderen» ou encore à la nouvelle «Grinta!». Un prix nettement plus élevé mais aussi la contribution de nombreux sponsors permettent un service de qualité supérieure (parkings gardé pour vélo, massages gratuits, ravitaillements impayables, dépannage «Mavic», animations diverses, cadeau à l’arrivée…) Le résultat est que ces grosses organisations raflent tout avec des niveaux de participations élevés à très élevés (17.000 pour le «Ronde» et même 2200 pour la toute nouvelle «Grinta!»). Est-ce bien ou pas ? A chacun de faire son choix mais force est de constater que ça marche. Au niveau des organisations basées à 100% sur le bénévolat, seul Mons-Chimay-Mons (et quelques autres ?) fait un peu dans la résistance et on ne peut qu’en être heureux pour les organisateurs montois.

A mon niveau, je devais en être à mon 12 ou 13ème MCM mais ça me plait tout autant que la première fois. Le parcours est très beau et traverse la Grande Thiérache (Hainaut, Avesnois) ainsi qu’une boucle dans le Namurois sur les hauteurs de Couvin. Les paysages sont variés et les routes tranquilles, parfois vallonnées et sinueuses, parfois roulantes. De plus comme le départ n’est «pas trop loin» de chez moi (quand même 33 km) je peux me permettre de faire l’aller-retour à vélo (en plus du 210 sur place !)

Voilà pourquoi je risque très fort d’encore être de la partie l’année prochaine !

Trois semaines de vélo à Cuba

Pour ce voyage en autonomie dans la plus grande des îles des Antilles, Muriel et moi n’avons emporté que le strict nécessaire à savoir nos bicyclettes, quelques vêtements, nos guides de voyage et surtout notre appareil photo. Nous n’eûmes pas de mal à remplir nos cartes mémoire car les sujets à photographier furent nombreux.
En parcourant le diaporama vous pourrez admirez quelques images de la vieille ville de La Havane, la cité coloniale par excellence, de la région de Viñales connue pour ces célèbres mogotes (formations géomorphologiques) et ses plantations de tabac, du centre du pays à l’agriculture très riche et variée ou encore de l’Oriente, la région la plus au sud. Vous ne pourrez que vous ébahir devant les quelques photo du littoral : mer turquoise, cocotiers, plages de sable blanc. .. Comment y résister ?
Quelques photos sont également dédiées aux habitants. Nous voulions leur rendre hommage car rarement nous nous sommes sentis si bien accueillis dans un pays. Il faut dire que pour les Cubains les conditions de vie sont difficiles principalement à cause d’un régime politique à bout de souffle et d’un injuste blocage américain empêchant l’entrée dans le pays des produits les plus élémentaires.
Vous ne verrez pas de photos de stations balnéaires ou de beaux hôtels. Les Cubains n’y étant pas admis, ces lieux ne présentent aucun intérêt à nos yeux et nous n’y sommes donc pas allés.
Cuba, un pays à découvrir sans modération mais surtout en dehors des sentiers battus ! Lire la suite