Washington State

Washington State (du 14 au 24 août – 500 km)

Après une parenthèse canadienne, nous ré-entrons aux États-Unis par la voie marine via le ferry reliant Victoria à Port-Angeles.
Le contrôle d’immigration US s’effectue du côté canadien avant l’embarquement. Une grosse frayeur nous y attend. Malgré que nous ayons un visa valable pendant 10 ans, il ne peut s’écouler que 6 mois au maximum entre une entrée et une sortie du territoire américain sans être retourné au moins une fois dans le pays du passeport, la Belgique dans notre cas. Or notre première entrée date déjà d’il y a 5 mois lors d’une escale dans l’aéroport de Philadelphie alors que nous étions en route pour le Mexique. Légalement il ne nous reste plus qu’un mois avant de rentrer chez nous alors que notre avion n’est réservé que pour dans 2 mois. Nous n’étions pas au courant de ces dispositions malgré notre visite à l’ambassade US lors de la demande de visa et que nous y avions expliqué notre voyage et ses dates dans tous les détails et d’avoir payé près de 500$… Heureusement nous pouvons obtenir une dérogation d’une part parce que cette entrée-ci ne se fait pas par la voie aérienne et que d’autre part nous avons séjourner entre temps plus de 2 mois au Mexique après cette brève escale aéroportuaire à Philadelphie. Ouf…

P1050076_1280x960

La traversée vers Port-Angeles dure 1h30. Après peu de temps le fog s’installe et les passagers sont priés de quitter le pont du navire. La corne de brume se met en route de manière répétée et en même temps la mer s’agite de plus en plus mettant à mal nos estomacs sensibles. Celui d’Angèle n’y résistera pas et son petit déjeuner termine en 2 fois dans un sac en plastique que nous avions heureusement sous la main. C’est avec grand plaisir que nous débarquons aux US.

IMG_4724_1280x960

Nous découvrons un sentier goudronné (Olympia Discovery Trail, du nom du parc national au nord de l’état de Washington) longeant la côte que nous empruntons vers l’est.

P1050077_1280x960

 

En effet notre but est de contourner la péninsule par l’intérieur du pays. Le trail est très agréable car il nous tient à l’écart de la circulation mais il serpente énormément par des pentes aux pourcentages sévères à un point tel que nous devons parfois pousser les vélos.

P1050081_1280x960

Après une quinzaine de km Nous passons devant une propriété avec un panneau indiquant non pas l’habituel ‘no trespassing’ mais ‘free camping for hikers and bikers- warmshowers’. Le propriétaire est momentanément absent mais un autre hiker déjà installé nous encourage à planter la tente où nous voulons sur la grande pelouse. A son retour de l’église Lonnie nous souhaite la bienvenue. Nous faisons partie des 200 personnes qu’il accueille gratuitement chaque année !

P1050110_1280x960

Une fois arrivés à l’extrémité Est du trail nous retrouvons les chaussées à la circulation chargée ce qui sera malheureusement le cas pendant une bonne partie de la traversée de l’état de Washington. Cela semble cependant être le quotidien des nombreux cyclistes régionaux que nous croisons sur ces routes.
L’itinéraire que nous empruntons est d’ailleurs celui proposé par une association bien connue de cyclotourisme aux US (Adventure Cycling Association).
De temps en temps nous ressentons même une certaine insécurité particulièrement lorsque la bande d’accotement se rétrécit ou disparaît même s’il faut signaler que les automobilistes sont généralement courtois et prudents lors de leurs dépassements.

Au niveau du relief on dira que le pays n’est pas plat avec même certaines fortes côtes lorsqu’il faut s’éloigner des bras de mer très étirés découpant le pays. Nous aurons tout de même eu deux journées plutôt faciles et agréables au travers de paysages champêtres.

IMG_4728_1280x960
Après avoir quitté la brume de Port-Angeles (fog) le ciel s’est bien éclairci et nous avons même profité de deux semaines ensoleillées.

P1050092_1280x960
Par rapport au début de notre périple américain les villes de petites et moyennes importances sont beaucoup plus rapprochées et facilitent notre ravitaillement. Plus besoin d’emporter pour plusieurs jours de nourriture dans les sacs…

P1050090_1280x960
D’un autre côté les possibilités de camping sauvage deviennent pratiquement inexistantes car les propriétés privées se succèdent le long des routes. Les campings officiels étant parfois trop éloignés les uns des autres il nous est dans ces cas difficile de trouver un endroit pour la tente (nous sommes limités à 60-70 km par jour). Heureusement dans ce cas nous pouvons compter sur le réseau des Warmshowers qui nous réserveront deux fois un très bon accueil.
Ainsi Jannice et Gary nous offriront les portes de leur maison. C’est le premier couple ayant voyagé en famille que nous rencontrons avec lequel nous avons l’occasion d’échanger nos expériences. La seconde fois ce sera Donna qui nous accueillera au pied levé après notre déception de ne pas trouver de camping ou d’hôtel libre dans sa ville.
Ce bon accueil ne se limite pas uniquement à certains particuliers, ainsi le propriétaire d’un camping en plus d’offrir des cookies maison aux cyclistes logeant dans son camp refusera que nous payions notre seconde nuit sur place. Et cela parce qu’il trouvait que ce qu’ on faisait était ‘chouette’…
Un autre fait intéressant sera notre interview par le journaliste d’un journal local chez Jannice et Gary :

http://www.kitsapsun.com/news/local/road-trip-necessities-gps-repair-tools-stuffed-animals-3a49ed35-db8e-46e9-e053-0100007f91d2-390516981.html

Les doudous d’Angèle sont à présent connus dans tout le Kitsap 🙂

Pour les distraits nous rappelons qu’il est possible de suivre notre progression pratiquement en direct (parfois avec seulement 2 semaines de retard lorsque le wifi et le temps viennent à manquer 😉 sur la page ‘points de passage’.

Enfin nous voudrions dédier cet article à la mémoire de notre ami Michel Lenoir.


Commentaire

Washington State — 7 commentaires

  1. Tout comme Luc Mertens, j’ai traduit l’article du KitsapSun. La traduction automatique est parfois très amusante. Un petit exemple ?
    « Les jouets appartiennent à Angèle Deschuyteneer, le 4-year-old daughter des propriétaires de la moto, Muriel Cordier et Fred Deschuyteneer. Les indigènes belges de 16 mois trek internationale leur a apporté aux McFarlands de la maison à Silverdale, avec Angèle littéralement en remorque.
    Cordier et Deschuyteneer sont des vétérans du cyclisme en Europe et se sont réunis lors d’un événement de longue distance, ou randonnée. »
    A bientôt, nous vous embrassons.

  2. Je suis toujours impatiente et ravie de lire vos aventures!!! Merci et bonne continuation dans vos rencontres et vos magnifiques découvertes!!!
    Je vous embrasse.
    Marie-France

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *