Nouvelle-Zélande : île du Nord (partie I)

Auckland – Taupo (du 20 octobre au 1 novembre – 400 km)

Après 3 vols dont 2 longs courriers et 35 heures de voyage nous atterrissons enfin à l’aéroport d’Auckland avec 11 heures de décalage horaire par rapport à la Belgique. Une fois les formalités douanières accomplies, nous passons le contrôle sanitaire où la propreté de nos vélos et matériel de camping est inspectée. Les Néo-zélandais semblent craindre l’importation volontaire ou pas de matériel biologique nuisible à leur environnement.

Nous réussissons l’examen et pouvons passer à l’étape du remontage des vélos. A cette fin l’aéroport met à disposition une station mécanique pour aider les cyclistes prenant l’avion.

p1050759_1280x960

Nous avons rendez-vous chez Janice et Steve qui nous hébergent pour notre première nuit dans le pays. Nous mettons 2 heures dans une circulation très dense pour rejoindre leur habitation située 27 km plus loin à Papakura. Pendant que Janice nous prépare un repas revigorant Steve, cyclotouriste confirmé, passe en revue notre parcours tout en nous proposant quelques alternatives qui nous permettront d’éviter certaines voies plus fréquentées par les automobiles et camions.

La Nouvelle-Zélande se compose principalement de 2 îles de tailles équivalentes à la météo et aux reliefs assez différents. L’île du Nord au climat réputé plus agréable est parsemée de collines herbagées tandis que celle du Sud est plus montagneuse et au climat plus frais et humide. Notre parcours dans l’île du Nord nous conduit d’Auckland, la plus grande ville du pays, à la capitale Wellington situé à l’extrémité sud de l’île.

p1050764_1280x960

Notre première étape nous emmène vers la côte plus à l’Est à l’entrée de la péninsule de Coromandel. Nous bifurquerons par la suite vers le centre de l’île (voir nos ‘points de passage’ dans menu du blog). Nous faisons connaissance avec les paysages que nous rencontrerons souvent en cette première partie de voyage: des collines verdoyantes où paissent d’innombrables vaches et moutons. Les petites villes sont assez espacées les unes des autres, entre elles des prairies à perte de vue et toutes minutieusement clôturées. Cette partie de la Nouvelle-Zélande est très peu peuplée mais paradoxalement il y est impossible de s’éloigner un tant soit peu de la route tant les clôtures sont nombreuses.

Une fois sortis de la banlieue d’Auckland les routes deviennent plus tranquilles, les routes secondaires sont quant à elles pratiquement désertées par les automobiles.

img_4791_1280x960

Malgré que la circulation se fasse à gauche il nous est très agréable de cycler dans cette région. Cela nous change de nos dernières semaines sur la côte ouest américaine… De plus nous retrouvons un parc automobile à taille européenne…

Alors que nous sommes réellement ‘de l’autre côté de la planète’ le dépaysement est paradoxalement plutôt faible. Le pays est très beau et très tranquille mais jusqu’à présent rien de très différent de chez nous. La végétation est similaire à la nôtre avec une touche tropicale en plus. Les prés et les bois de feuillus ou de conifères sont entourés de palmiers et d’autres agrumes. Par contre, les routes, les villes et les habitudes de vie nous semblent quant à elles très européennes. Les gens parlent anglais mais avec un accent local très prononcé rendant les conversations parfois compliquées.

Comme d’habitude nous évitons peut-être à tort les excursions touristiques traditionnelles d’une part parce qu’elles nous semblent parfois trop artificielles (exemple de la visite d’un village maori soit disant traditionnel mais à nos yeux d’une époque révolue), parfois trop éloignées de notre parcours ou parfois trop onéreuses à notre goût (75 € pour une visite d’une heure à 3…) Nous préférons de loin les rencontres au gré de notre parcours: les Maoris dans leur vie de tous les jours ou les curiosités géothermiques liées à l’activité très volcanique de l’île (sources d’eau chaude où il est possible de se baigner, cratères, fumerolles et autres bains de boues)

Parlons à présent de la météo… nous savions que statistiquement la Nouvelle-Zélande est un pays aux précipitations élevées, que le vent y est omniprésent et que les canicules y sont plutôt rares. Cependant même si on s’y attendait, être confrontés aux éléments est tout autre. De plus aux dires des locaux le printemps a du mal à démarrer cette année… Après 2 semaines de voyage nous pouvons dire que nous n’avons pas chaud et que nous avons déjà dû faire sécher nos vêtements quelques fois. La Nouvelle-Zélande est un pays au climat imprévisible, les prévisions météorologiques sont aussi variables que le climat lui-même…

p1060027_1280x960

Heureusement les campings sont très confortables: cuisines équipées, salons TV et de jeux, plaines pour les enfants et lavoirs sont à disposition des clients ce qui nous permet chaque matin de repartir dans de bonnes conditions.

p1060011_1280x960

Évidemment cela a à un prix et il nous presque impossible de respecter notre budget journalier comme dans les pays précédents. Le pays est insulaire et très éloigné de tout ce qui rend le coût de la vie relativement élevé. Étrangement pour un pays où nous croisons sans cesse des camions de collecte de lait, ce dernier et ses dérivés sont plutôt chers. Il en va de même pour la viande ovine. Nous nous rattrapons avec d’autres produits locaux quant à eux plus démocratiques que chez nous tels les avocats et les asperges. Sans atteindre la nôtre, la variété de produits frais dans les magasins est bien plus élevée qu’aux États-Unis. Ceci combiné avec l’équipement des cuisines dans les campings nous permet de préparer à nouveau de bons petits plats.

p1050787_1280x960

Un dernier détail en forme de clin d’oeil, malgré le froid et la pluie nombre de néo-zélandais aiment se promener en tongs voire pieds nus dans la rue, ce qui ne manque pas de nous surprendre nous avec nous chaussettes en laines et sur-chaussettes étanches 🙂 Autre pays, autres habitudes…

p1060076_1280x960


Commentaire

Nouvelle-Zélande : île du Nord (partie I) — 13 commentaires

  1. Ah chouette je vous lis , bonjour les 5 roues en balade ! Là vous êtes dans la verdure …. bien bucoliques ces petites routes qui semblent bien entretenues .
    Angèle à l’air en pleine forme et ses parents repartis pour avaler les aventures et les kms .Bonne route et à bientôt via votre site . Bisous à vous 3.

  2. Quel plaisir d’avoir échangé quelques mots avec toi lors de votre court retour au pays. Ce qui me frappe sur vos photos……c’est l’éternel sourire d’Angèle, quelle expérience pour elle !!!. Bonne route et gros bisous à vous trois.Dan cbae

  3. Comme Angèle a grandi! Quel périple fantastique. Merci de nous faire partager votre merveilleux voyage. Très bonne continuation et grosses bises a tous 3.

  4. Toujours un plaisir de vous lire.
    Jolies photos printanières, qui nous font rêver ici sous le ciel d’automne.
    Amitiés

  5. Merci de me faire partager ce merveilleux voyage grâce à ces superbes photos et commentaires.
    Bon courage et bonne route pour la suite.

  6. On pense fort à vous… avec de beaux souvenirs pour nous en voyant vos photos ;o)
    gros bisous à tous les 3 et bonne route !

    • Hello ! Nous avons bien été secoués pendant notre sommeil, pas au point de tomber du lit mais tout de meme… Il n’y a pas de dégats apparents dans la région ou nous trouvons pour le moment (quelques km au Nord de Wellington). Disons que nous sommes plus ennuyés par la pluie incessante et les innondations inhérentes que par le tremblement de terre 🙁

  7. Vos photos sont toujours splendides ! C’est toujours très agréable de voyager avec vous!!! J’embrasse Angèle et vous souhaite un excellent voyage à l’autre bout de notre magnifique planète que vous nous faites découvrir!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *