A travers le Tabasco

Vendredi 15 avril. Ciudad del Carmen – San Antonio Cardenas. 48 km.
Nous sortons de la ville par un très long pont surplombant la lagune. A partir de là le paysage va subitement changer et devenir plutôt maraîcher: bananiers, cocotiers, manguiers se succèdent sur le bord de la route et des prairies commencent à apparaître. D’autres arbres aux fleurs roses rajoutent de la couleur au tableau. La région est également plus peuplée. Chaque petite ville possède au moins un hôtel. Nous nous demandons qui peut bien y loger vu que nous ne rencontrons pas le moindre touriste. Nous arrivons à San Antonio Cardenas et y trouvons l’hôtel où on nous octroie la chambre la plus éloignée de la route. Au moins aujourd’hui nous dormirons au calme. Dans le petit resto où nous allons manger on nous répond pour la première fois de notre séjour en anglais. Cela est peut-être dû au fait qu’il y a une grande école (universidad) dans cette ville de 2000 âmes.

Samedi 16 avril. San Antonio Cardenas – Frontera. 54 km.
Nous entrons dans l’état du Tabasco qui est déjà le 4ème depuis que nous avons quitté Cancun.

IMG_4255_1280x960
Étape similaire à la précédente, nous arrivons tranquillement dans cette ville qui compte bizarrement au moins une dizaine d’hôtels. Tout comme la veille il nous est impossible de sortir l’après-midi à cause de la chaleur (37°C, ressenti 43, l’humidité de l’air est à son maximum)
Nous restons au calme dans la chambre avec l’air conditionné.IMG_4256_1280x960

Dimanche 17 avril. Frontera – Macultepec. 61 km.
Afin d’éviter les grosses chaleurs de l’après-midi, nous prenons un départ matinal pour cette étape un petit peu plus longue. La route traverse un paysage lagunaire. Il y a des tapis de nénuphars blancs et de roseaux. Nous ne comptons plus les libellules tellement il y en a. La région semble plus riche. Nous apercevons de nombreux “ranchos” et têtes de bétail. Les maisons sont plus spacieuses et mieux entretenues, murs aux couleurs vives avec jardin pelouse et terrasse ombragée. La route est plutôt inintéressante. Il y a beaucoup de circulation. À ce niveau il ne semble pas y avoir beaucoup de différence entre le dimanche et les autres jours de la semaine. Nous nous arrêtons dans une petite ville à 20 km de Villahermosa.

Aujourd’hui faute de mieux nous décidons de loger au motel également appelé auto-hotel. Dans cet établissement il y a moyen de garer son véhicule à côté de la chambre. Jusque-là pas de grande surprise sauf que les véhicules ne sont pas visibles de la rue et qu’on peut donc y venir en toute discrétion. Une autre particularité de ces établissements est que l’on peut y louer une chambre pour 2 ou 4h seulement. Aujourd’hui nous avons un grand miroir occupant tout un pan de mur ce qui est bien mieux que le traditionnel carré de 15×15 au dessus du lavabo à 1,2 m du sol. Angèle est contente car elle dort dans un grand lit king size entre papa et maman.

Lundi 18 avril. Macultepec – Villahermosa. 22 km.
Il y a beaucoup de trafic pour notre entrée dans cette grosse ville. Nous logement dans un hôtel 5 étoiles au prix raisonnable et y passons l’après-midi dans la piscine.

Mardi 19 avril. Villahermosa – Jalapa. 50 km.
Afin d’éviter la grand-route nous prenons les chemins de traverse même si cela nous rajoutera une étape pour nous rendre à Palenque. La première partie de la journée est très belle: champs et pâtures se succèdent, un peu comme dans nos régions à part que les vaches sont de races différentes et que nous n’avons pas de cocotier dans nos jardins. Le Tabasco est vraiment la région la plus riche que nous traversons depuis le début de notre voyage au Mexique.
Un moment une moto nous dépasse et nous fait signe de nous arrêter. Le monsieur nous tend une bouteille d’eau fraîche et repart sans plus de paroles.
Des oiseaux aux couleurs chatoyantes se font admirer.
Depuis le matin le ciel était menaçant. C’est sous des trombes d’eau que nous terminerons l’étape. Au moins l’atmosphère est rafraîchie.
La pluie cesse lorsque nous atteignons Jalapa. Nous trouvons une chambre d’hôtel très bon marché mais vraiment pas terrible et sans airco. C’est sur la place du village que nous finirons l’après-midi. Un gamin offrira spontanément quelques chips à Angèle. Après l’eau c’est le 2e signe de gentillesse de la journée. Pas sûr que cela se serait produit chez nous.

Mercredi 20 avril. Jalapa – Macuspana. 30 km.
Petite étape tranquille. La route est en assez mauvais état sur de nombreux tronçons. Quelques côtes agrémentent le parcours. À l’arrivée, nous devinons la montagne proche. Après-midi repos.

Jeudi 21 avril. Macuspana – Catazaja. 70 km.
Cette étape se fera presque exclusivement sur la grand route car il n’y a pas d’alternative. La circulation est moins dense que ce que nous craignions. Nous avançons bien mais malgré tout 2 autres cyclo voyageurs nous rattrapent. Nous nous arrêtons et discutons quelques minutes. Il s’agit de deux Américains partis du Texas et roulant vers le Brésil qu’ils espèrent atteindre avant les JO. Ils font plus de kilomètres par jour que nous mais ils sont également moins chargés et sans enfant. Nous leur souhaitons une bonne continuation pour le restant de leur voyage.

P1020160_1280x960

Vendredi 22 avril. Catazaja – Palenque. 29 km.
Étape très courte mais qui sera également pénible à cause de la chaleur étouffante dès le matin. Nous nous arrêtons à Palenque quelques jours afin de découvrir les curiosités de la région.

P1020164_1280x960


Commentaire

A travers le Tabasco — 19 commentaires

  1. Merci de nous envoyer un peu de chaleur …
    On voyage avec vous…
    Bonne continuation et bon courage
    Michèle

  2. Nous pensons bien à vous et constatons que tout va pour le mieux, ici il fait
    froid et il a neigé ce WE dans le Ardennes avec des températures de -2°.
    Nous faisons avec ….Bonne route …Emile & Jeannine

  3. Heureux de partager votre beau voyage , depuis mon PC . . .
    J’espère que la chaleur ne vous incommode pas trop , ici 3 deg le matin !
    Tiens le nom « Macuspana » me dit quelque chose , il doit y avoir une cimenterie dans le coin , j’ai dessiné des plans pour ces gens-là , le monde est petit .
    Bonne continuation pour la suite , toujours aussi impatient de vous lire .
    Ghislain

  4. Bonjour les amis,
    Je me souviens de cette ambiance amitié et sourire de gens qui n’ont pratiquement rien. Souvenirs du Chili en 1988………….
    Bonne route et bises de nous deux,
    Mimi et Daniel

  5. Merveilleuse expédition! Évidemment le tabasco c’est hot, heureusement que celui de notre « américain » n’atteint pas les 37°. Heureux de vous revoir ainsi en bonne forme ! … bonne suite de périple. Nous vous embrassons bien fort.

  6. Attention le tabasco n’est pas très indiqué quand on roule à vélo .
    Allez, mettez vous à l’abri sous le pont pour déguster une bonne « Trapiche »
    Bon courage.

  7. bonjour Fred et Muriel,
    Je suis avec attention votre périple a travers le Mexique et agréablement surpris par la qualité des photos. Voici une dizaine de jours j’ai eu l’occasion de rouler un peu en compagnie de ton frère Alexis. Malheureusement, je n’ai pas eu l’occasion de lui parler plus longuement. Peux-tu me communiquer son adresse E-mail. Merci.
    Je vous souhaite beaucoup de courage. Bonne chance à vous. Xavier Personne

  8. Vous arrive-t-il de ressentir cette présence invisible des dizaines de « supporters » qui vous accompagnent depuis la lointaine Europe grâce à Internet ? Vous allez sans doute nous répondre non, ce n’est pas grave, nous venons régulièrement sur votre itinéraire. Bon courage de la part d’un ancien adepte de la petite reine qui n’aime absolument pas la chaleur et qui est, peut-être, le seul à se réjouir du climat hivernal que nous connaissons, en ce moment, à Tournai. Serge

  9. Comme c’est agréable de vous suivre au fil de vos riches comptes rendus agrémentés de belles photos. Content de voir aussi que tout va bien pour vous trois

  10. Merci pour ces commentaires qui nous réchauffent un peu.?Ici, nous gardons précieusement nos vestes d hiver!
    Angèle a son magnifique sourire. Je l’embrasse tres fort.

    Marie -France

  11. Bonne route mes amis UAT.. Frédéric.. j’ai eu le plaisir de te rencontrer près de Manhay sur un parcours 200.. Que du plaisir… Bonne route et que du plaisir de découvrir les reportages…

  12. He Muriel en Fred,

    Leuk om jullie verhalen zo te kunnen volgen, super dat we kunnen meeleven maar natuurlijk super prestaties van jullie!
    P&G zit waarschijnlijk al ergens ver weg, maar hierbij toch een klein berichtje. Vandaag nl aangekondigd dat ik je jobke mag verder zetten (goed te verstaan als ‘zal proberen verder te zetten’ :-).
    Dan zijn we beiden op ontdekkingsronde. Nog heel veel plezier en belevenissen op jullie avontuur. Lieve groetjes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *