L’Alaska en vélo, en route vers le Canada !

Glenn Highway et Tok Cutoff

Nous quittons le domicile de nos hôtes John et Karen à Anchorage ce mercredi 22 juin pour une première étape de seulement 10 km.

P1040261_1280x960

Nous avons rendez-vous en ville avec Jennifer qui nous propose de nous conduire en voiture une centaine de km plus loin aux environs de Glacier View sur la Glenn Highway. En effet cette partie de la route est reconnue comme dangereuse pour les cyclistes car elle est relativement étroite et souvent sans accotement tout en étant fréquentée par de nombreux mobilhomes. Le métier de Jennifer est justement d’assurer la navette pour les randonneurs se rendant au Wrangell-St Elias National Park mais pour nous le trajet sera gratuit! Pour la remercier nous ne pouvons que faire un peu de publicité pour son entreprise.

P1040262_1280x960

Tout comme au Mexique notre première journée sera difficile car nous devons trouver de nouveaux repères. La route est assez vallonnée et le camping auquel nous avions prévu de nous arrêter semble fermé. Heureusement nous trouvons une rivière où prendre de l’eau et une église derrière laquelle nous installer pour la nuit.

Nous arrivons à Glennallen en milieu d’après-midi sous quelques gouttes de pluie. Nous passons au supermarché afin d’y remplir nos sacoches de nourriture car la prochaine épicerie digne de ce nom se trouve pas moins de 200 km plus loin.
Nous nous élançons donc le lendemain sur le Tok Cutoff. La route est censée suivre la rivière ce qui n’empêchera pas quelques belles côtes dans son premier tronçon. Sur la route nous croiserons un élan peu farouche et serons survolé par un aigle américain.

IMG_4639_1280x960

Nous serons également dépassés par Éric, un Californien cyclo-voyageur comme nous. Il nous laisse quasi sur place car son chargement est beaucoup plus réduit que le nôtre ce qui lui permet également de réaliser des étapes beaucoup plus longues. Ce constat sera le même pour tous les autres cyclistes que nous rencontrerons plus tard.

P1040283_1280x960

Nous plantons notre tente au camping de Chistochina où nous resterons finalement deux nuits. En effet l’endroit est bien équipé et les propriétaires nous donnent l’accès au salon du lodge où nous passerons bien au sec une seconde journée pluvieuse.

Nous rejoignons Tok en deux étapes et demi. La route est agréable et sans difficulté majeure. Ces jours-là nous pouvons espérer réaliser entre 50 et 75 km. Nous rencontrons un autre élan semblant prendre son bain…

La journée de repos à Tok est consacrée à la lessive et au ravitaillement. En effet nous savons déjà que les prochains jours ne seront pas de tout repos.

Taylor et ‘Top of the World’ Highways jusqu’à Dawson City

Pour rejoindre Whitehorse au Canada il y a deux possibilités: soit suivre l’Alaska Highway qui est également la voie la plus directe et la plus facile, soit suivre la ‘Top of the world’ Highway qui est la plus pittoresque des deux. En effet plutôt que d’emprunter les vallées elle sillonne par les crêtes et les sommets des montagnes et offre des points de vue magnifiques. C’est avec une certaine appréhension qu’à la Tetlin Junction nous tournons à gauche vers la voie la plus difficile.

Nous divisons mentalement les 300 km jusqu’à Dawson en deux parties, la première se terminant à Chicken après 130 km. C’est le seul endroit sur les 300 km où il y aura moyen de prendre un repas et une douche. Cependant il n’y a pas là d’épicerie et nous emportons avec nous pour 7 jours de nourriture. Inutile de signaler que nous sommes plus chargés que jamais et que nos sacoches sont pleines à craquer.

IMG_4662_1280x960
Nous sommes également équipé d’une boîte à l’épreuve des ours afin d’y stocker notre nourriture en dehors de la tente. En effet il est recommandé de ne pas garder avec soi la nuit des aliments dont l’odeur pourrait attirer des ours. Ce tonnelet magique à malheureusement un prix: son poids…
Les deux étapes jusqu’à Chicken sont éprouvantes. Nous commençons par une côte de 10 km que nous mettons 2h à gravir. Ensuite les montées et les descente s’enchaînent les unes aux autres. Le premier jour nous croisons Dale un cyclo canadien qui nous met au parfum pour la suite du programme, ce qui n’est pas pour nous rassurer.

A ce moment nous arrêtons un premier mobil-home et lui demandons un peu d’eau ce qui sera accepté sans aucune hésitation. Cela sera d’ailleurs le cas à chaque fois que nous le ferons. Nous avons parcouru 65 km lorsque nous voyons un camping-car tout-terrain stationné sur un parking. Nous y faisons connaissance avec un couple allemand qui parcourt les Amériques depuis 6 ans. Nous sympathisons rapidement et décidons de planter la tente et d’y passer la nuit à leurs côtés.
Ce sera également l’occasion pour Angèle de se faire de nouveaux amis.

P1040339_1280x960

La deuxième journée jusqu’à Chicken se termine sous la pluie et est à l’image de la première: une succession de montées et de descentes. À noter également que le revêtement de la route se termine peu avant Chicken et que nous ne le retrouverons pas avant Dawson City soit 170 km plus loin si ce ne sont quelques miles avant la frontière canadienne.

Ce soir nous avons une bière et une pizza qui nous changent de notre menu maison quotidien composé principalement de spaghetti. Nous le payerons le lendemain car les pizzas censées être pour 4 personnes et d’un prix excessif ne rempliront pas nos estomacs à satiété si ce n’est celui d’Angèle.

P1040353_1280x960

Il pleut toute la nuit mais nous parvenons tout de même à replier la tente au sec. Néanmoins la piste a relativement bien absorbé l’eau de la nuit. Notre progression est cependant laborieuse car les jambes sont molles et le dénivelé important. Le moral n’est pas au zénith. Après 4h de montées et de descentes nous sommes à une altitude à peine 100 m plus élevée qu’à notre point de départ et avons parcouru seulement 25 km… A cet endroit se trouve un camping où nous pouvons nous ravitailler en eau potable et bien que cela n’était pas planifié nous décidons de nous y arrêter pour la nuit et d’y recharger nos batteries. L’endroit est agréable et nous disposons d’une table de pique-nique à l’abri d’un kiosque qui protégera également nos vélos. Mais pas la tente malheureusement… car au petit matin une forte pluie se déclenche et retardera notre départ d’une heure ou deux.

Nous n’avions pas besoin de cela. Il est déjà 11h30 lorsque nous prenons la route ou plutôt la piste. Les 15 premiers km sont en pente douce le long d’une rivière où nous déjeunons.

P1040389_1280x960

Ensuite la pente devient plus raide et nous nous arrêtons pour la nuit après 45 km peu avant la frontière canadienne qui n’est ouverte qu’entre 8h et 20h. Quelques km avant de nous arrêter nous sommes dépassés par nos ami allemands qui sont très contents de nous revoir et qui une fois de plus nous feront le plein d’eau. A noter qu’en fin de piste peu avant la partie asphaltée nous croisons également Dennis un cyclo anversois en voyage au Canada et en Alaska pendant 5 mois.

P1040391_1280x960

La nuit sur un parking le long de la route sera très calme du fait de la circulation inexistante. Nous nous endormons avec le hurlement des loups dans le lointain.

P1040393_1280x960

Au matin de ce 5ème jour depuis Tok nous mettons une heure et demie pour gravir les 7 derniers km jusqu’au poste frontière. Dans la montée nous croisons 2 cyclos italiens qui n’ont pu se ravitailler en eau au poste-frontière contrairement à ce que nous pensions possible. Nous remplissons donc nos bidons d’eau coulant de la montagne. Le douanier canadien est très sympathique et nous propose de remplir nos bidons d’eau… ils sont visiblement moins prévenants du côté américain…

P1040411_1280x960

Après le poste de frontière nos peines ne sont pas terminées que du contraire. La piste a repris et est plus dégradée que du côté américain, il pleut et les pourcentages sont plus sévères ce qui nous oblige à pousser nos vélos une première fois.
À un certain moment Angèle est très contente car il y a de la neige le long de la route et nous pouvons façonner un petit Olaf en miniature…

Au pied d’une côte une famille américaine en motor-home à qui nous demandons de l’eau nous propose de nous emmener jusqu’à Dawson. Nous refusons poliment et peu rassurés ils nous laissent en plus de l’eau une crème à la glace pour Angèle et des bananes pour ses parents (???). Nos regrets sont énormes lorsqu’un peu plus loin dans une côte nous devons pousser nos vélos pendant un kilomètre, Angèle étant priée de descendre de la remorque et de marcher à côté de nous…
Très inquiète pour nous cette famille attendra notre arrivée le lendemain à Dawson City avant de poursuivre sa route…

P1040423_1280x960
Nous mettons un terme à cette journée après 55 km soit une petite soixantaine de kilomètres avant Dawson.

Au réveil nous attendons que la pluie cesse avant de replier nos bagages. Heureusement cette dernière journée sera finalement la plus facile de toutes malgré la pluie qui reprendra et ne nous quittera pratiquement pas. Après quelques côtes comparables à celles des jours précédents les pentes se font moins raides, pour la première fois nous rencontrons même des portions plates et c’est au bout d’une descente de 15 km que nous arrivons à Dawson City. Peu avant la ville il faut prendre le bac pour traverser la rivière Yukon. Dans le centre nous rencontrons une dernière fois nos amis allemands.

À présent nous nous reposons pendant deux jours avant de reprendre la route et en profitons pour visiter la ville qui a gardé son charme d’il y a une centaine d’années où elle était un des centres de la ruée vers l’or. C’est également l’occasion de nettoyer nos vélos et sacoches maculés par la piste détrempée de ces derniers jours.

En conclusion nous ne regrettons absolument pas d’avoir emprunté cette voie par le toit du monde mais nous ne recommencerions pas. En effet les paysages furent époustouflants, les montagnes et la nature à perte de vue, mais la difficulté du chemin ne nous a malheureusement pas permis de profiter à fond de ce plaisir.


Commentaire

L’Alaska en vélo, en route vers le Canada ! — 13 commentaires

  1. Mollets et quadriceps se souviendront de l’Alaska !Les 2 photos de face de Muriel sur son vélo sont impressionnantes …quel chargement ! Mais que de beaux souvenirs . Après la chaleur du Mexique , les montées ,la pluie en Alaska en route pour le Canada avec surement aussi de très belles rencontres et de beaux paysages mais attention gardez bien le tonneau …il y a aussi des ours au Canada !Bisous à vous 3

  2. Parfois lorsque l’ on roule avec un sac à dos….on râle !!!!
    Ouf… quand je vois les bagages.. je frissonne….
    Bon courage et bonne continuation…
    Michèle

  3. Quel courage! La photo d’Angèle en k-way orange avec des joues rougies par le froid résume l’épreuve de ce parcours. En fait vous voyagez doublement en rencontrant sur votre route aussi des voyageurs d’autres pays. La gentillesse de cette famille est plaisir à lire :)!
    bises,
    Anne au nom des miens (France-Portugal à la télé;)!)

  4. Que d aventures! Votre courage est incroyable! Les photos sont superbes. Les paysages sublimes!
    C’est bien mérité après autant d’effort !

    J’espère que le soleil fera son apparition pour vous faciliter la suite de votre parcours.

    Courage, courage!
    Marie -France

  5. Et effet, les paysages sont superbes!!! Quel périple! Les souvenirs pour vous seront impérissables! Courage pour la suite et à bientôt! Bisous à tous les trois!
    Sabine

  6. Bravo pour votre courage. Continuez à nous envoyer d’aussi belles photos et d’aussi palpitants récits qui nous permettent de participer (un ben grand mot)a vos aventures.
    Amitiés s.
    Daniel et Anne Marie

  7. Merci encore pour ces merveilleux reportages,tous les
    critères sont réunis pour nous faire voyager hors du commun.
    Bon vent a vous trois.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *